Gaz écologique : une énergie renouvelable valorisant les déchets

Le biogaz fait partie des énergies renouvelables en plein essor en France. Alternative écologique au gaz naturel, il peut servir à produire du chauffage, de l’électricité et de carburant aux véhicules GNV. Comment obtient-on ce gaz écologique ? En quoi est-il différent du gaz naturel ? Par qui est-il distribué ?

Qu’est-ce que le gaz écologique ?

Appelé biogaz, le gaz écologique provient de la dégradation biologique de matières organiques (ou méthanisation). Ce processus de fermentation peut être obtenu à partir de déchets non dangereux, de matières végétales, de boues de stations d’épuration ou de lisiers provenant d’élevages d’animaux. Le gaz écologique est donc une énergie renouvelable permettant de valoriser tous types de déchets organiques : résidus agricoles, déchets ménagers et industriels.

Ce gaz vert présente un deuxième avantage : le digestat. Obtenu en fin de cycle, le digestat désigne les résidus résultant de la méthanisation de matières organiques. Riche en azote, ce digestat peut être utilisé comme compost après traitement, offrant ainsi une alternative intéressante aux engrais agricoles.

Le gaz écologique peut être employé pour la production d’électricité, de chaleur et comme carburant pour les véhicules GNV

production gaz ecologique

Qu’est-ce qui distingue le gaz naturel du biogaz ?

Comme le pétrole ou le charbon, le gaz naturel est une énergie fossile. Provenant des profondeurs de la Terre, il est issu d’un long processus de décomposition, ne nécessitant pas d’intervention humaine. Plus écologique que les autres énergies fossiles, son impact environnemental est plus faible.

Ce gaz n’est cependant pas dénué d’inconvénients. Ainsi, ses stocks demeurent limités. Par ailleurs, même s’il est plus propre que les autres combustibles fossiles, il émet des gaz à effet de serre (GES) lors de sa combustion. Son principal composant, le méthane, ayant un pouvoir de réchauffement global (PRG) élevé.

De son côté, le gaz renouvelable est composé de méthane et de gaz carbonique, émettant cinq fois moins de GES dans l’atmosphère que le gaz naturel. Avant d’être injecté dans le réseau, il est épuré pour être transformé en biométhane, plus respectueux de l’environnement. Utilisé comme combustible pour les véhicules GNV, le gaz bio diminue les émissions de GES de 80 % par rapport aux carburants traditionnels que sont l’essence et le diesel.

Les fournisseurs qui proposent du gaz naturel et du biogaz

À la faveur de la loi de transition énergétique de 2015, promouvant les énergies « nouvelles » et l’économie circulaire, des offres inédites sont venues bousculer le marché du gaz. Portées par les acteurs historiques et de nouveaux fournisseurs, ces offres font la part belle au gaz écologique.

Par exemple, Engie et son offre « Mon Gaz Vert », qui garantit aux particuliers que 10 % du gaz consommé est un gaz d’origine renouvelable. Direct Energie également propose une « offre verte », garantissant 10 % de biogaz français dans la consommation. De son côté, le fournisseur ekWateur propose une offre intégrant 5 à 100 % de biométhane. D’ici 2019, Enercoop projette de commercialiser des contrats directs avec des producteurs français de gaz vert.

Pour certifier que leur gaz est effectivement issu de sources renouvelables, les fournisseurs disposent des garanties d’origine. Gage de transparence, ce document garantit aux particuliers la provenance verte de chaque mégawatheure de gaz renouvelable injecté dans le réseau et mélangé au gaz naturel pour leur consommation.